Atelier de formation.JPG

Les controverses à propos de la réplication des travaux de recherche en sciences sociales ainsi que la recrudescence de pratiques empiriques non éthiques ont récemment engendré un regain d’intérêt croissant sur les mécanismes de transparence. Ces dernières années, des institutions sont mises en place pour renforcer l'intégrité dans la recherche en sciences sociales. C’est le cas de l’Initiative de Berkeley pour la Transparence en sciences sociales (BITSS) qui a été créé en 2012 afin d’améliorer la qualité, la fiabilité et l’intégrité de la recherche en sciences sociales ainsi que l’utilisation des données probantes pour l'élaboration des politiques.

En collaboration avec l'Université Abdou Moumouni (UAM) et l'Université de California à Berkeley, l'Initiative OASIS organise un atelier de formation sur la Transparence et reproductibilité de la recherche en sciences social du 4 au 7 juillet 2018 a l'UAM, Niamey. L'objectif de cet atelier est de former des professionnels de la recherche et assimilés à des outils et des pratiques pour améliorer la transparence et la reproductibilité de leurs travaux de recherche. 

Pour vous inscrire pour une des places limitées, vérifiez que vous remplissez les critères d'éligibilité dans les Termes de références et télécharger le formulaire, suivant les instructions écrites là-dedans pour la soumission.


 
PLS 2018.JPG

Profil des participants

L’atelier ciblera 30 personnes selon la répartition suivante : environs 20 étudiants de l’Université Abdou Moumouni, et 10 professionnels venant des institutions de recherche ou des ONGs qui mènent des études quantitatives. Les étudiants et chercheurs éligibles ont le profil suivant :

Étudiants :

  • Doctorants (de préférence) ou étudiants en Masters 2 avec un excellent profil en méthodes quantitatives ;
  • Bonne connaissance de base des méthodes quantitatives (statistiques, économétriques, etc.) ;
  • Disciplines : Agronomie, Économie, Sciences politiques, Démographie, Sociologie, Psychologie, ou d’autres disciplines similaires ;
  • Être familier avec l’usage du logiciel Stata ou R.

Chercheurs :

  • Expérience en analyse des données quantitatives, organisation d’opération de collecte des données, autres approches quantitatives en sciences sociales ;
  • Motivation à partager les nouveaux acquis de l’atelier avec leurs collègues;
  • Être familier avec l’usage du logiciel Stata ou R.

Résultats attendus

Au terme de cet atelier, le participant devra être en mesure de :

  • identifier les pratiques statistiques empiriques susceptibles de rendre les résultats de la recherche peu fiables et non réplicables : biais de publication, trucage de la p-valeur, résultats non réplicables, sélection des résultats, taille de l’échantillon, etc.
  • répertorier les solutions afin de contrecarrer chacune des pratiques sus-mentionnées : construction d’un plan de pré-analyse, pré-enregistrement des travaux de recherches, construction d’un flux de travail réplicable, etc.
  • construire des fichiers de code STATA lisibles, réplicables et aisément partageables.
Formation.png

Hachimou_Speaking.jpg

Organisateurs et facilitateurs

Cet atelier sera facilité par  Soazic Elise Wang Sonne qui est une catalyste depuis fin 2015 pour le programme BITSS.  Soazic est par ailleurs Ingenieur Statisticienne Economiste de formation et chercheuse en analyse et évaluation d’impact pour l’Université des Nations Unies à Maastricht au Pays-Bas et la Banque Mondiale à Washington DC, USA. Il sera co-facilité par AMANI Hachimou, chercheur quantitatif pour l’Initiative OASIS, et démographe de formation. L’atelier est organisé par l’Initiative OASIS en partenariat avec le CRESA au niveau de l’Université Abdou Moumouni, et financé par BITSS de l’Université de Californie à Berkeley.